Bienvenue sur le nouveau blogue immobilier de RE/MAX Québec !

Notre blogue, c'est des conseils professionnels, des trucs et astuces pratiques, des mythes qui seront confondus et des visites immersives qui vous en mettront plein la vue ! Survolez ici tous nos articles. Bonne découverte !

Toits verts : et si vous osiez ?

RE/MAX Québec
1400 0 0

Les toits verts existent depuis des centaines d'années. Toutefois au Québec, nous sommes encore réticents à les installer sur nos immeubles et maisons. Économiques, écologiques, antistress, ils ont pourtant beaucoup à offrir!

Sur le site gouvernemental www.rbq.gouv.qc.ca, on peut trouver un guide développé par la Régie du bâtiment du Québec (RBQ) qui donne tous les détails concernant la réglementation des toits végétalisés. Par exemple, on exigera qu'il ne soit pas à plus de 46 mètres du sol ou que sa végétation mature ne dépasse pas 1 200 millimètres. La plupart des critères sont accessibles. Le hic? Un toit qui possède une pente de plus de 17 % ne peut accueillir de végétation. C'est donc pourquoi ce sont surtout les immeubles à logements ou les anciennes maisons dotées de toiture peu abrupte qui peuvent en profiter.

 

Tout d'abord : qu'est-ce qu'un toit vert?

Un toit vert est une couverture de toit qui permettra la pousse de végétaux (plantes, fleurs, légumes...). Il possède une sous-couche composée d'une membrane étanche, un substrat de croissance (c'est-à-dire le terreau) et un système de drainage. Même si nous avons l'impression qu'il est apparu avec le mouvement écologique dans les années 90, le concept est pourtant ancestral. Forts de leur expérience, les toits verts sont désormais hautement efficaces grâce à la technologie.

Les bienfaits pour la santé

C'est surtout dans les milieux urbains que les propriétaires tentent l'expérience de ces toits écologiques. Qu'apportent-ils comme bienfaits pour la santé? Les végétaux améliorent bien sûr la qualité de l'air, mais ils permettent également de diminuer la température dans la maison, puisqu'ils protègent le toit des rayons du soleil. Or, on sait que certaines personnes, notamment les bébés et les personnes âgées, sont à risque durant les canicules. Et sur le plan psychologique, les plantes ont un effet apaisant et antistress. Il est également possible d'y faire pousser des légumes... et quoi de mieux pour la santé que ces aliments vitaminés?

Un bon investissement?

Un toit vert pourrait ajouter de la valeur à votre propriété. De nombreux acheteurs recherchent en effet ce produit. Les économies sont d'ailleurs bien réelles! Si un toit vert est relativement cher à l'installation (entre 10 et 120 $ du pied carré), il devient vite rentable. Par exemple, il génère une économie de chauffage et de climatisation. En été, il fera en moyenne 27 % moins chaud qu'à l'extérieur alors qu'en hiver, la chaleur sera conservée à l'intérieur. De plus, le toit vert augmente la durée de vie de la toiture et de la membrane parce qu'ils les protègent des rayons UV, ce qui n'est pas négligeable financièrement! Et que dire des sous que l'on épargne en faisant pousser ses propres légumes et herbes?

Bon pour l'environnement

Le côté écologique est souvent l'aspect qui attire les utilisateurs. On sait que les plantes absorbent le gaz carbonique et le transforment en oxygène. Le toit d'un immeuble moyen peut retirer plus de 40 livres de polluant par année de l'air! Soit l'équivalent des émissions de 15 voitures pendant un an. En ville, ils sont plus que les bienvenus, puisqu'ils réduisent le phénomène de l'îlot de chaleur, c'est-à-dire des élévations localisées des températures par rapport aux zones rurales. Les toits verts permettent aussi une réduction du ruissellement au sol en absorbant l'eau, donc diminuent les risques d'inondation et de contamination des égouts. Il est aussi possible de recycler l'eau de pluie pour l'acheminer au toit. Le programme d'évaluation LEED, qui évalue le niveau écologique des maisons, reconnaît d'ailleurs les toits verts dans ses critères.

Insonorisation et feu

Un des côtés positifs et moins connus des toits végétalisés est leur capacité à insonoriser la maison. En effet, le substrat bloque les basses fréquences alors que les plantes bloquent les plus hautes. Résultat? Les habitants entendent moins les bruits extérieurs comme les avions ou la musique des maisons avoisinantes. En moyenne, cinq pouces de substrat peuvent atténuer jusqu'à 40 dB. Aussi, en cas d'incendie, le toit vert retardera la propagation des flammes de l'immeuble au toit (ou du toit à l'immeuble).

Les contres

Mais attention! La vie n'est pas toujours rose au pays des toits verts! Les compagnies d'assurances exigent parfois qu'un architecte ou un ingénieur viennent vérifier la qualité du toit avant de vous assurer, ce qui peut générer une facture salée. Aussi, aménager un accès au toit (obligatoire puisqu'il faut bien s'occuper de ce jardin en hauteur!) peut être une contrainte d'espace, mais aussi une contrainte financière. Et puisque la membrane imperméable a une durée de vie entre 30 et 50 ans, il faudra remplacer totalement le toit vert, lorsque ce dernier arrivera à échéance.
Plusieurs compagnies offrent le service d'installation, mais si vous êtes bricoleur, il est possible de le créer vous-même. Mais il est important de bien faire ses devoirs pour ne pas que ça tourne au cauchemar! En effet, la toiture peut supporter un poids maximal et il faut être vigilant. Et qu'en est-il de l'étanchéité? Les toits végétalisés ne sont pas plus à risque de causer une inondation qu'une toiture régulière. L'important est que le « vrai toit » soit en bon état et étanche.

Alors, RE/MAX vous a-t-elle donné envie de vous lancer dans cette aventure?

Qu'en pensez-vous?

Partagez

retour à la page des articles

Consulter les articles par catégorie