Bienvenue sur le nouveau blogue immobilier de RE/MAX Québec !

Notre blogue, c'est des conseils professionnels, des trucs et astuces pratiques, des mythes qui seront confondus et des visites immersives qui vous en mettront plein la vue ! Survolez ici tous nos articles. Bonne découverte !

Connaissez-vous la maison la plus étroite du monde?

RE/MAX Québec
61 0 0

Les architectes usent d'ingéniosité et d'originalité pour concevoir des maisons qui sortent de l'ordinaire. Parfois, on se demande même comment des gens peuvent y habiter. C'est le cas de cette résidence qui est considérée comme la plus étroite du monde.

Située à Varsovie, en Pologne, la maison la plus étroite de la planète a une largeur qui varie entre 92 et 152 cm, dépendamment de ses sections. C'est moins que la largeur d'un autobus! Pourtant, sa conception intelligente permet à son locataire de vivre agréablement. Comment est-ce possible? On vous dit tout!

Ses particularités

La résidence comporte deux étages. Ainsi, toute la hauteur est mise à profit. Elle a une forme triangulaire, ce qui permet d'offrir un haut plafond au deuxième étage afin d'éviter que l'occupant se sente écrasé. Dans la propriété, on trouve une chambre, une salle de bain, une cuisine et un salon. Bref, on y trouve les mêmes pièces que dans toutes les résidences! Rien n'a été laissé au hasard dans cette maison fonctionnelle. Par exemple, il n'y a pas de portes entre les pièces pour ne pas gêner la circulation. Aussi, l'endroit comporte un système de ventilation performant qui permet d'éliminer rapidement les odeurs de cuisson ou autres. Pour entrer et sortir, il faut passer par un escalier sous la maison.

Un design épuré

Son allure extérieure fait aussi jaser. Quand on ne sait pas qu'une résidence se trouve là, il est presque impossible de la remarquer. Pour ce qui est de son style, elle se démarque des autres maisons du quartier : elle est très épurée, minimaliste et contemporaine. Le blanc prédomine. Pas surprenant que l'architecte ait choisi ce style : si le bâtiment avait été chargé visuellement, sa petite superficie habitable aurait été suffocante pour le locataire. On y trouve d'ailleurs peu de rangement et presque aucun objet décoratif.

Elle a son propre nom

C'est l'architecte Jakub Szczesny, de l'agence polonaise d'architecture Centrala, qui est l'artiste derrière la propriété. Il a nommé sa réalisation la « Maison Keret » en l'honneur du premier locataire de l'endroit, Etgar Keret. L'écrivain et cinéaste israélien y vit depuis sa construction à la demande de l'architecte, qui croyait que seul un artiste pouvait jouir de cette mini habitation. Apparemment, après la mort de Keret, l'endroit sera légué à un collègue de Szczesny.

En sandwich entre deux bâtiments

La surprenante résidence se trouve entre la rue Chlodna et la 74e rue Zelazna à Varsovie. Elle est carrément prise entre un immeuble d'appartements et une résidence d'avant-guerre, qui a été dévastée, puis rénovée. Avant que la petite maison soit construite, il y avait un vide entre l'immeuble d'appartements et la maison d'avant-guerre. En effet, il n'est pas rare dans cette ville de trouver des espaces étranges entre les bâtiments. Cette réalité est une conséquence de la guerre : certaines maisons ont été détruites, et pas nécessairement reconstruites.

Classée comme une oeuvre d'art

Ce qui est particulier avec la maison est que bien qu'elle soit fonctionnelle et habitée, la ville de Varsovie et la Fondation polonaise d'art moderne l'ont décrétée comme étant une oeuvre d'art, plutôt qu'un bien immobilier. En effet, bien que monsieur Keret y réside, la propriété ne respecte pas les codes du bâtiment et ne peut donc être comparée aux autres propriétés à proximité.

Un symbole pour le peuple polonais

Le locataire, monsieur Keret, raconte que de vivre dans cette propriété est une façon de se recueillir. Pour lui, elle représente un symbole de la Deuxième Guerre mondiale qui a décimé plusieurs membres de sa famille quand les nazis ont occupé la Pologne.

Un trésor immobilier chargé d'histoire!

Qu'en pensez-vous?

Partagez

retour à la page des articles