Bienvenue sur le nouveau blogue immobilier de RE/MAX Québec !

Notre blogue, c'est des conseils professionnels, des trucs et astuces pratiques, des mythes qui seront confondus et des visites immersives qui vous en mettront plein la vue ! Survolez ici tous nos articles. Bonne découverte !

Femmes au pouvoir : pourquoi n’y en a-t-il pas davantage?

RE/MAX Québec
4464 0 0

Les bancs d’école d’études supérieures sont en majorité comblés par des femmes.

Pourtant, c’est surtout les hommes qui occupent les postes à hautes responsabilités. Une réalité difficile à saisir.

 

Même si la société québécoise se veut égalitaire entre les sexes, lorsqu’une femme décroche un rôle majeur en politique ou au sein d’une grande entreprise, nous percevons cela comme une victoire. L’exemple de Valérie Plante, devenue récemment la première mairesse de Montréal, est éloquent.

Mais pourquoi la gent féminine, qui a pourtant toutes les aptitudes intellectuelles nécessaires, ne se trouve-t-elle pas plus fréquemment dans les équipes dirigeantes ou à la tête de grandes villes ou de pays? Il est laborieux d’y répondre avec précision puisque plusieurs facteurs sont influents. D’ailleurs, depuis de nombreuses années, quelques études se sont penchées sur la question.

Femme qui discute à un lutrin

Les femmes, plus facilement critiquées?

L’une des raisons pour lesquelles peu de femmes se lanceraient en politique serait par peur d’être critiqué. Dans cet univers, elles semblent plus facilement jugées que leur homologue masculin, ce qui en découragerait plusieurs. Par exemple, un politicien charismatique et de belle apparence comme Justin Trudeau verra ces atouts lui servir, alors que l’aspirante politicienne a plutôt intérêt à ne dégager aucune sensualité pour se faire aimer et respecter du public. On peut prendre comme exemple la ministre française Cécile Duflot qui, après s’être présentée en jolie robe fleurie à l’Assemblée nationale, a été la risée des réseaux sociaux. On l’accusait entre autres d’avoir choisi ce vêtement dans le but qu’on soit distrait par son allure et qu’on oublie de l’écouter.

 

Deux poids, deux mesures

Par ailleurs, on pardonnerait plus difficilement les gaffes faites par les politiciennes, contrairement à leurs confrères. Plusieurs exemples du passé nous ont prouvé qu’un homme pouvait tout de même poursuivre sa carrière malgré ses frasques. On peut penser entre autres à Jonh F. Kennedy, infidèle notoire, qui a toujours conservé sa place dans le cœur des Américains. Ou encore, à Bill Clinton, toujours politicien malgré son histoire avec Monica Lewinsky. Même son de cloche du côté d’Arnold Schwarzenegger: son statut de gouverneur n'avait pas été affecté lorsque les médias avaient révélé qu'il avait eu un enfant illégitime avec sa domestique. La société aurait-elle été aussi clémente si ces inconduites venaient d’une élue?

Ce double standard est aussi observé dans la sphère familiale. Le sentiment de culpabilité qu’éprouve un parent mettant beaucoup d’énergie dans sa carrière est plus fréquent chez la mère que chez le père. Aussi, une femme au pouvoir sera plus facilement pointée du doigt comme étant une mère absente, alors que le père ambitieux sera plutôt vu comme un bon pourvoyeur. D’ailleurs dans le monde des affaires, une femme de tête sera souvent perçue comme ayant une personnalité plus froide et désagréable, ce qui est rarement le cas du côté masculin.

 

Moins combatives?

La différence entre les sexes est indéniable, autant du point de vue physique que psychologique. Bien sûr, il y a bon nombre d’exceptions et mettre tous les gens de même sexe dans le même panier serait une erreur. Pourtant, on ne peut nier qu’en position de pouvoir, les femmes se sentent souvent moins à l’aise. Est-ce un sentiment inné ou leur a-t-il plutôt été inculqué de façon involontaire durant l’enfance?

Enfants, la majorité des garçons et des filles jouent déjà différemment. Alors que les petits hommes sont souvent compétitifs et ne craignent pas de perdre leurs amis, les fillettes sont plus enclines à chercher des relations paisibles et à créer des liens durables. En grandissant, les femmes auraient de la difficulté à jouer le jeu politique, appréciant moins les combats contre les adversaires et recherchant davantage d’authenticité. Les politiciennes aimées sont d’ailleurs souvent saluées pour leur transparence.

Groupe de femme

Les femmes au pouvoir, c’est payant!

Pourtant, les femmes possèdent des aptitudes que peu d’hommes peuvent se vanter d’avoir : les études démontrent qu’elles sont capables de faire plusieurs tâches à la fois, sans n’en bâcler aucune. Leur grande intelligence émotionnelle est aussi un atout pour régler les conflits et instaurer une ambiance favorable.

Une étude de la Ceram Business School datant de 2009 soutient que plus les femmes sont représentées dans les équipes dirigeantes, plus les entreprises voient leurs objectifs atteints. Aussi, les compagnies ayant un taux de cadres féminins supérieur à 35 % voient leur rentabilité augmenter de 96 % et leur productivité de 34 %.

La gent masculine a elle aussi des qualités indispensables. Un amalgame d’hommes et de femmes au pouvoir serait donc la réalité rêvée. D’ailleurs, pour donner un coup de main à la gent féminine qui désire accéder à des rangs supérieurs, il existe plusieurs organismes. Celles qui en ressentent le besoin ont accès à des conférences, des conseils et surtout, un large réseau de femmes de  tête. Ensemble, elles se sentent plus fortes et prennent confiance en leurs capacités. La société a tout à y gagner.

Qu'en pensez-vous?

Partagez

retour à la page des articles

Consulter les articles par catégorie