Bienvenue sur le nouveau blogue immobilier de RE/MAX Québec !

Notre blogue, c'est des conseils professionnels, des trucs et astuces pratiques, des mythes qui seront confondus et des visites immersives qui vous en mettront plein la vue ! Survolez ici tous nos articles. Bonne découverte !

Comment et pourquoi récupérer l’eau de pluie à la maison

RE/MAX Québec
1204 0 0

L'eau potable est une richesse et le Canada possède 20 % des ressources d'eau douce du monde. De nombreux pays rêveraient d'en avoir une plus grande quantité sur leur territoire.

Malheureusement, nous sommes en haut de la liste concernant son gaspillage. Chaque Québécois consommerait en moyenne 420 litres d'eau potable par jour. Notre consommation est deux fois plus élevée que les Européens. Nettoyage, alimentation, lessive, douche... nous l'utilisons à la maison pour de multiples usages et pas toujours de manière optimale.

Pourquoi est-ce si important de préserver l'eau?

Certains se demandent pourquoi faut-il faire attention à l'eau potable quand on en possède énormément. L'une des raisons est que l'eau polluée ou impropre à la consommation coûte cher à la population. En effet, le processus pour la rendre saine est dispendieux. D'ailleurs, plusieurs pays n'ont pas les moyens financiers nécessaires pour la dépolluer. Une grande partie de l'eau se perd aussi sous terre à cause de tuyauteries défectueuses. Par ailleurs, l'eau constitue le milieu de vie de nombreux animaux qui trop souvent meurent empoisonnés ou étouffés par nos détritus et produits chimiques.

Comment utiliser l'eau de pluie

Il y a divers moyens d'utiliser à la maison l'eau de pluie récupérée. Par exemple, pour laver les objets qui n'ont pas besoin d'une eau saine comme la voiture ou les meubles de jardin. Ou encore pour arroser nos plantes et notre gazon. On peut aussi s'en servir pour ajouter de l'eau à la piscine. Ceux qui aiment avoir une entrée asphaltée impeccable peuvent également l'utiliser pour faire un bon nettoyage.

Son utilisation à travers le monde

Mais ces exemples sont anodins comparativement à ce qui se fait sur d'autres continents. En effet, ailleurs dans le monde, cet or bleu est plus rare et les résidents en prennent grandement soin. L'Australie est une championne : la moitié des foyers possèdent un récupérateur de pluie. L'eau récupérée sert entre autres à laver les vêtements ou la vaisselle, ainsi qu'à irriguer les jardins. Aussi, en Chine, les habitants vont même jusqu'à recycler la rosée du matin et ceux du Pérou le brouillard. Épatant!

Récupération : comment procéder?

Vous avez envie de vous lancer? La façon la plus simple est de vous procurer un baril récupérateur que vous installerez dans votre cour. Il faudra alors débrancher vos gouttières de drain de fondation ou les diriger vers le baril. C'est grâce à la gravité que l'eau sera amassée, mais il est aussi possible d'installer une pompe. D'autres installent un réservoir à l'extérieur qui se remplira au fil des jours, lentement, mais sûrement. Cela est moins rapide et efficace, mais représente tout de même un geste écologique. Vous pouvez également acheter différents systèmes pour vos besoins domestiques, par exemple un dispositif qui alimente les cuvettes de toilette.

Quel type de baril choisir?

Il est important que le baril soit circulaire pour éviter que l'eau stagne dans les coins. Il doit aussi comporter un grillage, pour éloigner les bestioles, ainsi qu'un robinet, ce qui est pratique! Et pour éviter que l'eau s'évapore trop rapidement l'été, mieux vaut que le baril soit constitué d'un matériau anti-UV. Dernière chose : assurez-vous qu'il possède un trop-plein, c'est-à-dire une sortie en hauteur d'où l'eau peut s'échapper lorsque le réservoir menace de déborder (positionnez-le loin de la fondation de votre maison pour éviter les infiltrations d'eau).

Les coûts

Un bon baril coûte environ 250 $ en magasin. Mais les plus bricoleurs réussissent à en fabriquer, ce qui revient à une fraction du prix. Pour ce qui est des systèmes plus complexes, notamment ceux qui fournissent en eau les cuvettes de toilette, ils sont plus dispendieux.

Les moins écolos de nous ne voient pas l'intérêt de récupérer la pluie. Il est vrai que les Québécois ne reçoivent pas de facture pour leur utilisation d'eau potable. Mais saviez-vous qu'ils payent tout de même? En effet, à même nos taxes, nous devons débourser une fortune pour avoir une eau de qualité qui sort de nos robinets. Seulement à Montréal, la facture du traitement de l'eau s'élèverait à 800 000 $ par année.

D'autres gestes aident à préserver cette richesse, notamment prendre des douches courtes, fermer le robinet lors du brossage des dents ou laisser la pluie laver sa voiture au lieu de sortir le boyau d'arrosage. Récupérer l'eau est un geste écologique qui contribue à lutter contre les changements climatiques... n'hésitez pas à y prendre part!

Qu'en pensez-vous?

Partagez

retour à la page des articles